Tour d'arsenic, une saga familiale venue du Nord

Publié le 28 Février 2013

C'est difficile de savoir pourquoi on choisit un livre dans une librairie, une bibliothèque, un genre de pressentiment, d'instinct comme si le livre nous attendait (aaaah vision romantique de l'achat d'un livre). Pour en revenir à Tour d'arsenic d'Anne B Ragde en fait c'est la photo de couverture qui m'a attirée, une jeune femme qui tient une ombrelle en dentelle avec un sourire en coin (= roman historique féminin, je ne peux pas résister =p)

Ce roman commence à notre époque, une jeune femme, Therese se rend à l'enterrement de sa grand mère fantasque Malie, éphémère chanteuse de cabaret aux rêves de gloire, au milieu de l'allégresse générale: Malie Thygesen était détestée de ses enfants ce que ne parvient pas à comprendre Therese. Au début du roman, elle égrène ses souvenirs sur la morte, parfois drôles, attendrissants mais souvent déroutants tant Malie paraissait hors du commun. La compréhension du personnage de cette grand-mère, mais pourquoi est-elle tant détestée ?, est le fil conducteur du roman qui est raconté à plusieurs voix et sur trois générations. D'abord les souvenirs de Therese avec sa grand-mère: tendre et émouvants, puis l'enfance de Ruby la mère de Therese qui nous dresse le portait de Malie comme une mère tyrannique et malveillante et enfin la dernière partie du récit est consacrée à la vie de Malie et de son époux qu'elle hait, Mogens. D'abord leur vie adulte puis leur enfance.

Le personnage de Malie est très réussi et l'auteur nous montre petit à petit les différentes facettes du personnage et c'est seulement à la fin qu'on en saisit toute la complexité. Une femme qui refuse d'accepter une vie médiocre, pourquoi quand on peut tout avoir ?, et veut vivre passionnément chaque seconde mais sera rattrapée par la réalité et finira malheureuse dans un monde qui n'appartient qu'à elle, incapable d'apprécier ce qu'elle a, un mari aimant qu'elle méprise, des enfants... C'est un roman sur l'histoire de femmes fortes, Malie, Ruby et Therese qui s'opposent au conformisme, chacune à leur manière, de leur époque et un roman sur l'émancipation des femmes et leur volonté de liberté. Malie, la chanteuse de cabaret dévergondée, Ruby qui quitte sa famille et son mari par conviction et Therese qui élève seule son enfant. Au travers du livre, l'auteur nous donne aussi une image de la Norvège et du Danemark, pauvres villages de paysans, quartiers mal famés de Copenhague ou artisans de porcelaine avec une précision documentaire et tendresse.

Le côté démontage psycologique des personnages m'a beaucoup plu et le roman est très agréable à lire mais c'est vrai que c'est inégal ( mais bon avec les romans à plusieurs voix c'est quasiment inévitable) donc qu'il y a parfois des passages où on s'ennuie et clairement ce n'est pas un roman rigolo mais il y a un vrai souffle qui entraîne le récit et fait que moi je n'ai pas pu le lâcher le livre :)

Tour d'arsenic, une saga familiale venue du Nord

Rédigé par Penna

Publié dans #Littérature

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

the clothes paper 06/03/2013 20:23

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre :O
http://clothespaper.wordpress.com